Nicolas Milon

Pochette d'album Pochette d'album

Pochette d'album - Blond de Phillipe Katerine

La chanson Blond de Phillipe Katerine à pour thème principal la facilité et les avantages à être blond dans la société française. Elle insiste sur le fait qu’un blond évite les contrôles au faciès et trouve un logement plus facilement qu’un étranger ou un non-blond. On y trouve également quelque références à l’esclavagisme (interlude de Gérard Depardieu).
L’idée d’une icône religieuse illustre la notion de «d’intouchable». Le blond est presque un messie, un miracle, tant il est béni. Tout lui est offert, il a des avantages sociaux non-négligeables. Le fait qu’il questionne dans ses pensées «Blond ?» fait écho aux représentation occidentale du Christ : Il est représenté en tant que blanc et blond alors que de toute évidence, il avait la peau beaucoup foncée et les cheveux noirs et épais. L’auréole derrière sa tête est là pour appuyer le côté «saint» de la blondeur. Pour la facture, je me suis inspiré des travaux de Roy Lichtenstein. La mèche blonde est signifiée avec une coiffe de bananes. La banane illustre à elle seule les préjugés raciaux envers les communautés étrangères, en référence à la ceinture de bananes de Joséphine Baker. Elle rapelle également la fameuse mèche blonde de Donald Trump, qui, à lui tout seul est un symbole de l’intolérance et de la crise sociale que traverse les États-Unis et les pays occidentaux. Le mannequin sur lequel repose la coiffe représente l’homme blanc moyen, une sorte de Monsieur Tout Le Monde. Ce fruit est également un clin d’oeil au titre «La Banane» de Philippe Katerine.